L’installation électrique des motos toujours sensible aux pannes


Analyse de CarGarantie sur la répartition des sinistres

Les pièces les plus coûteuses comme le moteur ou le système électrique sont également les plus sujettes aux pannes. C’est ce qu’a révélé l’analyse des portefeuilles d’assurance de CarGarantie. L’étude du spécialiste de la garantie et de la fidélisation clients porte sur les garanties pour les motos d’occasion et les extensions de garantie pour les motos neuves arrivées à expiration en 2016. L’analyse englobe toutes les marques et tous les modèles pour des durées allant de 12 à 36 mois.

Le coût moyen des réparations continue d’augmenter

Le niveau de complexité croissant des véhicules présente de grands avantages en termes de confort de conduite, de performance et de sécurité des motos mais a tendance à augmenter le risque de pannes et avec lui le montant des frais de réparation. C’est le premier constat de l’étude du garantisseur, qui dénonce un coût moyen des réparations de 397 €, en augmentation par rapport à l’année dernière (385 €).

Pour les motos d’occasion, le moteur et le système électrique occupent les premières places, comme l’année précédente. Tous deux enregistrent une légère augmentation : le moteur, qui représentait 20,6 % des coûts de sinistres en 2015 est maintenant passé à 22,3 % tandis que le système électrique est passé de 20,5 % à 21,8 %. La boîte de vitesses est en troisième place avec 13,7 % (12,8 % en 2015). Pour les motos neuves, on observe peu de changement par rapport à l’année précédente : le moteur, puis le système électrique et enfin la boîte de vitesses sont les trois postes les plus coûteux en cas de sinistre.

Le système électrique est le plus sensible aux pannes
L’ordre de fréquence des sinistres n’a pas changé par rapport à 2015 : c’est l’installation électrique qui tombe le plus souvent en panne (29,8 % des cas pour le VO et 26,5 % pour le VN, suivie par le moteur (12,5 % et 13,4 %) et la boîte de vitesses (10,7 % et 9,1 %). Les trois postes les plus coûteux sont également les plus fréquents – un indice qui démontre que complexité et vulnérabilité vont de pair, et sont synonymes de frais de réparation plus élevés.

Pour les motos d’occasion, les sinistres surviennent plus rapidement
Une part importante des sinistres sur les motos survient peu après l’achat : pour les motos d’occasion, 88,9 % des sinistres ont lieu la première année après l’achat. Cette proportion est évidemment beaucoup plus faible pour les motos neuves, mais représente tout de même 41,5 % des cas. On constate également que plus de 90 % des sinistres sur les VO et presque 60 % des sinistres sur les VN se produisent dans les premiers 10 000 km.

Gil Warembourg, directeur commercial France de CarGarantie :
« L’augmentation du coût moyen des réparations sur une moto est liée à la complexité sans cesse croissante des véhicules. Ceux-ci peuvent plus facilement tomber en panne, malgré les procédures de qualité de plus en plus rigoureuses mises en place par les constructeurs. La garantie protège contre les sinistres qui pourraient survenir peu après l’achat – et apporte ainsi sécurité tant au client qu’au distributeur. Le motard peut être certain que sa moto sera rapidement remise en état et le distributeur bénéficie d’une meilleure couverture atelier et d’un client qui reste satisfait et qui reviendra au garage. »