Motos : le coût moyen des réparations dépasse 400 €


Analyse de CarGarantie sur la répartition des sinistres

Depuis 2014, CarGarantie évalue son portefeuille de garanties moto afin d’analyser la fréquence et la répartition des sinistres moto. Pour la première fois, le montant moyen d’un sinistre dépasse le seuil de 400 euros. L’analyse porte sur toutes les extensions de garantie VN et les garanties VO arrivées à expiration l'année dernière pour des durées allant de 12 à 36 mois, toutes marques et tous modèles confondus.

Les coûts de réparation restent élevés

Les coûts moyens de réparation ont augmenté d’année en année depuis la première analyse il y a cinq ans. Cette tendance se confirme en 2018 pour atteindre un coût moyen de 405 €. Les motos d’occasion sont plus sensibles aux sinistres que les motos neuves avec un peu moins de 450 € en moyenne pour les VO contre 375 € pour les VN. Ce qui peut représenter un budget supplémentaire considérable pour les motards.

Pour les motos d’occasion, les sinistres sur le moteur et l’installation électrique ont augmenté par rapport à l’année précédente. Le moteur a enregistré une augmentation d’un point de pourcentage pour atteindre 24,4 %. Quant au système électrique, il augmente de 4,8 points pour atteindre 25,6 %, ce qui le place au premier rang des composants les plus chers pour les motos d'occasion. Comme l’année dernière, la boîte de vitesse arrive en troisième position et accuse une légère baisse de 1,1 point pour atteindre 10,6 %. Les quatrième et cinquième places sont occupées par le système d’alimentation et le système de freinage (graphique 1).
Du côté des motos neuves, la part du moteur augmente également de manière significative, passant de 23,9 % en 2017 à 27,6 % en 2018. Les deuxième et troisième places sont occupées par l’installation électrique avec 21 % (2017 : 22 %) et la boîte de vitesse avec 11,8 % (2017 : 12,4 %, graphique 2).

L’installation électrique plus souvent endommagée

L’une des raisons de l’augmentation des coûts de réparation de l’installation électrique est en partie liée à l’augmentation de la fréquence de celle-ci sur les motos d’occasion. De 30,8 % en 2017, elle est passée à 31,9 % en 2018. Avec 11,8 %, le moteur a enregistré une légère baisse (2017 : 13,9 %), mais reste en deuxième position. Alors que la boîte de vitesse occupait la troisième place en 2017, elle passe en 4ème position en 2018, détrônée par le système d’alimentation qui rejoint la troisième place avec 10,2 % (9,7 % en 2017, graphique 3).
Pour les motos neuves, la fréquence des pannes du système électrique a également augmenté d’un point de pourcentage pour atteindre 27,1 %. Suivent le moteur (11,3 %) et la boîte de vitesses (10,4 %) en deuxième et troisième position (graphique 4).

Des sinistres plus précoces

Pour les motos d’occasion, plus de 70 % des sinistres surviennent au cours des 5 000 premiers kilomètres, et plus de 90 % dans les 10 000 kilomètres suivant le début de la garantie. Pour les motos neuves, plus de la moitié des sinistres ont lieu pendant les 10 000 premiers kilomètres (graphique 5). La répartition des dommages dans le temps suit la même tendance : 87,8 % des dommages VO et 46,5 % des dommages VN surviennent dans les 360 jours suivant le début de la garantie. On observe un léger recul pour les motos d'occasion (2017 : 88,5 %) mais une augmentation significative pour les motos neuves (2017 : 42,8 %, graphique 6).

Gil Warembourg, Directeur France :

« Pour la première fois, le coût moyen de réparation d’une moto dépasse les 400 €. Les nouvelles technologies permettent de créer des véhicules de plus en plus perfectionnés en termes de qualité et de confort, mais cela augmente leur complexité, ce qui a un effet direct sur leurs coûts de réparation. La protection qu'offre une garantie est donc d’autant plus intéressante, pour les motards comme pour les distributeurs. Ces derniers n’ont pas à redouter d’éventuelles réclamations au titre de la garantie, et leurs clients sont protégés durablement contre les coûts de réparation. »