Nette augmentation des pannes du système d’alimentation


Analyse de CarGarantie sur la répartition des sinistres

CarGarantie, spécialiste de la garantie et de la fidélisation clients, livre les résultats de l’analyse de son portefeuille d'assurances. Avec plus de 2,1 millions de contrats et près de 23 000 partenaires, CarGarantie compte parmi les assureurs spécialisés les plus importants d'Europe. L'évaluation a porté sur 251 593 extensions de garantie pour véhicules neufs et 688 824 garanties pour véhicules d'occasion arrivées à expiration sur l’année 2016 et conclues pour une période de 12, 24 ou 36 mois sur l'ensemble des marques et des modèles.

Complexité technique élevée = frais de réparation élevés
L'équipement complexe des véhicules récents présente de grands avantages en termes de confort. Les fonctions auxiliaires et de sécurité aident non seulement le conducteur à garder une visibilité parfaite à tout moment et à suivre attentivement le trafic qui l'entoure, mais l’avertissent également des dangers potentiels. Cette complexité croissante s’étend jusqu’aux éléments qui ne relèvent pas de procédures automatisées. Ils nécessitent un réglage plus fin qu'avant et intègrent de plus en plus de systèmes de sûreté. Ce qui améliore le confort de conduite entraîne des coûts d'atelier plus importants. C’est cela qui augmente le risque de pannes, donc le montant des frais de réparation. Il ressort de l'étude de CarGarantie que le coût moyen des réparations n’a pas baissé par rapport à l’année dernière : il s'élève à 502 € par sinistre.
C'est toujours le moteur qui est la cause des plus grandes dépenses pour les véhicules d’occasion. Sa part est passée de 21,7 % à 22,9 % (fig. 1). Après le moteur vient le système d’alimentation (turbocompresseur inclus), puis la boîte de vitesses (4e place en 2015) et l'installation électrique (3e place en 2015).
Dans le domaine des extensions de garantie pour véhicules neufs, c'est le système d’alimentation qui arrive en tête des pannes avec 20,2 %, soit 7,3 % de plus qu'en 2015. Les pannes du système d’alimentation représentent donc plus d’un cinquième des interventions de garantie en montant versé pour les voitures neuves (fig. 2). La part des coûts du système d’alimentation dépasse celle de 2015, mais aussi des années précédentes. Aux places suivantes viennent le moteur avec 15,8 %, puis la boîte de vitesses avec 13,7 %, soit une augmentation de 3 %. L'installation électrique arrive en 4ème position avec 11,4 %.

Le système d’alimentation, n° 1 des pannes
En termes de fréquence des pannes, c’est le système d’alimentation qui arrive également en tête. Chez les véhicules d'occasion, il reste en 1ère place et accuse une augmentation de +0,3 % pour atteindre 19,6 %. Avec 17,7 %, l'installation électrique arrive à nouveau en deuxième place. Le moteur et l'électronique de confort occupent les 3ème et 4ème positions avec respectivement 10,9 % et 10,4 % (fig. 3).
Le classement de la fréquence des pannes pour les véhicules neufs présente de plus grandes différences avec l'année précédente. Le système d’alimentation arrive en tête des éléments les plus sujets aux pannes, avec 21,6 % (15,0 % en 2015). La part des pannes augmente sensiblement aux positions suivantes : +0,8 % pour l'installation électrique qui atteint la 2ème place avec 17,5 %, +3 % pour le système de refroidissement, en 3ème position avec 11,3 % et +0,2 % pour l'électronique de confort qui représente 7,7 %. (fig. 4)

Voitures neuves : des pannes même à faible kilométrage
Pour les VO, les statistiques de pannes en fonction du kilométrage ne présentent pratiquement aucune différence par rapport à l'année dernière. Avec 31,7 %, la part des voitures d'occasion qui nécessitent une intervention de la garantie dans les 5 000 premiers kilomètres reste inchangée. Il en va autrement pour le neuf : jusqu'à 25 000 km, on constate une augmentation d'environ 2 % dans chaque catégorie (fig. 5). En tout, 31,7 % des voitures ont recours à la garantie avant d'atteindre 25 000 km.
Cette tendance s'inverse si l'on considère la durée d'utilisation. Pour les voitures d'occasion, on ne constate que quelques petites différences : 81,8 % des dommages surviennent la première année (81,5 % en 2015). Pour les voitures neuves, c'est le contraire : en 2015, 57,3 % des prestations de garantie avaient lieu durant la première année. Cette part passe à 48,9 % en 2016 (fig. 6). Les dommages arrivent donc plus tôt en termes de kilométrage, et plus tard en termes de durée.

Laurent Geffard, directeur général Europe de l’ouest de CarGarantie :
"Comme l'étude le révèle, les coûts de réparation des véhicules restent élevés. Cela est dû essentiellement à la complexité croissante des technologies automobiles qui facilitent à bien des égards la vie du conducteur mais font augmenter la facture en cas de sinistre. Par conséquent, il vaut mieux se protéger de tels coûts, non seulement avec une voiture d'occasion mais aussi avec une voiture neuve. Une extension de garantie pour voiture neuve ou d'occasion est avantageuse à de nombreux égards. Le client est à l'abri de frais de réparation inattendus et le distributeur, outre que son atelier est mieux rentabilisé, offre un service de meilleure qualité et accroît la satisfaction et la fidélisation de ses clients. CarGarantie bénéficie de près de 50 ans d'expérience et est un interlocuteur fiable en matière de solutions de garantie et de fidélisation. Nous nous efforçons toujours de trouver pour chacun de nos partenaires une solution sur mesure, parfaitement adaptée."